Étape 6 – Ontineña(Esp)-Mirambel(Esp)
182 km/2600m+/7h50

 

11401059_432437433601145_2842955932672884129_nOn a voté. Celle-là, est vraiment la plus dure de l’histoire du Angers-Cholet-Denia.
Tout le monde est d’accord, même ceux qui n’ont pas participé aux précédentes éditions, c’est vous dire. Rapport aux kilomètres, c’est très long. Rapport au dénivelé, c’est quand même très très accidenté, et souvent. Rapport à la chaleur, le soleil c’est bien, mais la canicule c’est chaud. Rapport au vent, les éoliennes ont bien bossé aujourd’hui, on peut éclairer l’Espagne pendant six mois. Rapport aux photos, un poster à tous les virages. Rapport à l’hôtel dans lequel nous sommes, médiévalo-classe-top. Rapport au décor et à la rigolade, pas de fausse note. Si ça c’est pas une bonne journée alors j’y connais rien.
Nous avons quitté Ontineña très tôt ce matin compte tenu de la longueur de l’étape et de la chaleur annoncée. Nous roulons d’emblée dans un décor incroyable. D’immenses plaines céréalières cernées par des Sierras lointaines que nous traversons sur un bandeau d’asphalte incongru. Les moissons sont passées, l’endroit est déserté et désertique. Un vrai decor de western. Quelques rapaces tournoient en sentinelles, des élevages de porcs bordent parfois la route, il est très tôt, le soleil fait du bien. Dans peu de temps il va nous faire beaucoup de mal. Nous roulons à belle allure avant d’aborder les remparts de la Sierra empruntée, les grimper puis les descendre, et puis recommencer. Nous empruntons des routes hors du monde, sans passage, sur un bitume de très belle qualité. Nous rejoignons la plaine et des passages roulants sans trop de vent pour l’instant. La pause du midi enterre la température acceptable de la matinée. La reprise se fait sous une chaleur saisissante. Les bidons chauffent en très peu de temps, le vent se lève, la montagne approche et la fatigue s’installe. Nous avons parcouru plus de 100 km et sommes loin d’être arrivés. Nous roulons en direction de Castellote, étape de l’édition 2013 restée dans les mémoires. Franck et Christophe savent ce qui se profile et le reste du groupe appréhende la suite.
11391123_432437556934466_5158040475136005774_nNous pénétrons dans la zone montagneuse à 55km de l’arrivée de l’étape. La chaleur est pesante, le vent de face est usant et déshydratant et nous devons nous arrêter tous les 15 km pour recharger en eau. Personne ne bronche pourtant, chacun est tourné vers l’objectif. Nous sommes à la 6eme étape, pas de pépin physique particulier, pas de blessure, chacun répond présent et roule en dépit de la très grande fatigue accumulée. Nous puisons de la force dans le visuel qui nous est offert. La partie montagneuse est d’une beauté rare, la route contourne un barrage et sa réserve d’eau turquoise. Le ruban de bitume est enclavé et serpente au sein de la montagne. Les bordures de terre ocre supportent une montagne minérale où seuls quelques conifères colorent l’espace. Les descentes n’annoncent que des montées, le vent est hostile, le soleil donne sa pleine mesure et la montée à Castellote n’a rien à envier à celle des Pyrénées en terme d’inclinaison. La descente qui suit est vertigineuse, et l’enchaînement montées descentes qui suit est juste dantesque. Les lacs se teintent d’émeraude sous le soleil et le vent lutte contre nous. Nous attendons les grandes descentes avec impatience, mais elles se méritent, il faut d’abord monter très haut, jusqu’à 1300m parfois pour s’offrir le plaisir de filer au cœur des canyons rocheux sur plusieurs kilomètres parfois. L’horizon nous offrent la vue lointaine de plus de soixante éoliennes géantes perchées sur les crêtes, affolées par les vents. Nous allons grimper tout en haut, la débauche d’énergie est palpable, les cuisses piquent, le cœur pulse. Les descentes finissent même par devenir dangereuses, les rafales de vent nous déséquilibrent et les pentes offrent des vitesses…pyrénéennes.
10616494_432437483601140_7956967075765727687_nCe n’est qu’après 7h50 assis sur la selle que nous atteignons Mirambel. Le moral de chacun est bon, la fatigue est la, les organismes sont usés. Demain nous devons rejoindre Bétéra près de Valence. Suffisamment loin de Dénia pour ne pas trop y penser et malgré tout, nous l’avons pour la première fois évoqué ce soir. Nous avons hâte de boucler le périple tout en chérissant ses moments bien à nous. Nous savons que certains angevins seront présents et sommes heureux de retrouver tout le monde. Nous avons l’objectif en tête, mais une dure journée se profile à l’horizon de demain. Maintenant il faut dormir, les yeux qui piquent.

« Quand deux chemins s’offrent à toi, choisi le plus difficile, c’est celui qui te donnera le plus de satisfaction » Proverbe Tibétain

Les albums du jour:
-Confessions publiques, Chatterton, Pizza, Bleu Pétrole, Fantaisie Militaire, Play Blessure….Tout Bashung en gros. J’ai passé la journée avec lui et vice-versa.

11146597_432437326934489_4273456688587027409_n

10454287_432437300267825_6316231140004842281_n11391518_432437266934495_2400794912978030529_n

Related Post