Étape 3 – St Amand de Coly (24) – Auvillar (82)
168km/1300m+/6h35

 

11026062_430766307101591_1242969418536986089_nOn a connu des débuts d’étape plus agréables. Une jolie route montante d’entrée, pour quitter le village, mais sous la pluie. On ne va pas se mentir, sous la pluie, le vélo, c’est moins sexy. Bizarrement on laisse moins son esprit s’évader, on a pas trop envie d’écouter de musique. On est également moins attentif à la beauté du panorama. L’horizon est grisâtre, on est mouillé, et la route qui nous conduit à Sarlat-la-Caneda, est très passante. On est donc plutôt concentré sur la chaussée humide, sur les camions qui soufflent en nous frôlant parfois et sur la perspective d’une journée qui pourrait s’annoncer pénible. La mise en jambes n’est donc pas très joviale ce matin. Fort heureusement, après une heure un peu usante, le bitume est sec, la pluie n’est pas venue avec nous, nous traversons Sarlat pour enfin nous plonger dans cette étape entre Périgord et Midi-Pyrénées.
Ce qui est, entre autre, à retenir de cette étape, c’est notre débilité en orientation. Nous nous sommes trompés, nous avons hésité et pour finir perdu beaucoup de temps. Ce temps perdu est du temps de récupération amputé et nous le paierons quoi qu’il advienne. À notre décharge, aller d’Angers à Toulouse n’est pas compliqué et plutôt bien indiqué, mais compte tenu des routes que nous empruntons, il très difficile de se repérer entre des villages n’existant même pas sur les cartes. Mais notre matinée a été belle. Des routes improbables, dans des décors boisés, parsemées de bâtisses de pierre énormes, au fond de vallons désertés. La plupart de ses magnifiques demeures est à vendre d’ailleurs. On peut le comprendre, pour vivre ici, il faut aimer le foie gras certes, mais aussi et surtout la solitude et l’isolement. Cette campagne est hors du temps, pas une âme qui vive, les villages ou hameaux sont comme abandonnés, le temps s’y est arrêté. Et pourtant quel décor incroyable, les forêts de châtaigniers offrent une fraîcheur bienvenue quand le relief s’incline vers le haut et qu’il faut mouliner pour sortir des vallées qui se succèdent.
11009946_431018913742997_4415084210117712506_oNos errances en orientation nous ont toutefois offert une chouette surprise. Nous avions, lors de l’édition précédente fait une halte à Cuzorn où nous avions été reçus comme des princes à « La Suite ». Nous nous sommes retrouvés ce matin sur la route de Cuzorn, ce qui bien entendu n’était pas prévu. Nous nous sommes arrêtés saluer ceux qui nous avaient si bien reçus en 2013. La patronne Valerie nous a immédiatement reconnus et Bruno le chef est venu taper la discute avec nous. Un petit moment sympa.
L’après déjeuner nous a emmenés du côté de Villenneuve-sur-Lot, par une route très passante, mais qui nous a permis de rouler ensemble à belle allure. Bien entendu la vigilance est de rigueur, les voitures et poids-lourds passent vite et parfois sans ménagement près de nous. Nous avons retrouvé en fin de journée une campagne plus calme avec son lot de grimpettes annonçant quelques jolies descentes où chacun s’en est donné à cœur joie.
Une étape variée, parfois accidentée et bucolique, parfois rectiligne mais sportive. Elle s’est achevée à Auvillar, village classé, splendide, promontoire surplombant la vallée de la Garonne. Les organismes vont bien, mais subissent les premiers stigmates de notre périple. Tendons douloureux, muscles durcis et dos de quinquagénaire, ce qui tombe bien, nous le sommes presque. Cette traversée de la France par des routes oubliées et des villages hors du temps est une chance inouïe et nous ne cessons de nous le répéter. Toutefois c’est un challenge sportif extrêmement engagé qui va sans aucun doute rappeler chacun de nous à ses propres limites. Demain nous filons pour la plus longue étape aux pieds des Pyrénées, et nous verrons bien ce que nos cuisses en diront.
« Le vélo c’est le moyen et peut être l’art d’extraire le plaisir d’une contrainte » Jean Bobet

 

Les albums du jour :
-Ce soir là – Lo’Jo
-In Flight – Linda Perry
Hé oui pas très envie de trop de musique aujourd’hui …

11334123_431026293742259_8118342710484750150_o

Related Post